Sélectionner une page

Sixième dimanche après Pâques – Homélie de Mgr Béra

Une nouvelle fois, Jésus nous parle de son Père : « je prierai le Père », « je suis en mon père », « Celui qui m’aime sera aimé de mon Père ». Jésus est venu pour cela, pour nous révéler la véritable identité de celui que personne n’a jamais vu, ce Dieu que les hommes, depuis la nuit des temps ont recherché comme à tâtons, donnant les noms les plus divers.
Mais quand Jésus nous parle de son Père il ne peut pas ne pas nous parler aussi de l’Esprit. L’amour qui les unit l’un à l’autre « moi je prierai le Père, et Il vous donnera un autre défenseur qui sera pour toujours avec vous c’est l’Esprit de vérité ».
C’est donc à une méditation trinitaire que l’évangéliste nous conduit, en nous invitant peut-être à faire le point sur notre vie de baptisés.

J’ai été baptisé au nom du Père.
Est-ce que vraiment Dieu est un père pour moi ? Est-ce que je le reconnais comme celui dont l’amour me façonne jour après jour ? Est-ce que je sais encore m’émerveiller de sa création que je vais peut-être découvrir d’une autre façon après ce temps de confinement cet été. Est-ce que pour moi qui prie Dieu en lui disant notre Père, tout homme est bien un frère créé aussi à l’image de Dieu. Puissions-nous au cœur de cette souffrance dû à ce virus, raviver en nous nos liens de fraternité ? Pour ce faire nous sommes invités à prier et c’est déjà ce que nous avons fait le 14 mai, dans notre diocèse en lien avec nos frères juifs et musulmans face à l’immense cri de souffrance de l’humanité. Oui Dieu est Père de tous les hommes.

J’ai été baptisé au nom du Père et du Fils.
Est-ce que je suis le familier du Fils, non pas esclave ou serviteur mais confident et ami ?
Est-ce que je lis avec assez d’attention l’Évangile pour corriger les caricatures de Dieu que j’ai tendance à me fabriquer. Jésus est-il vraiment le seigneur de ma vie ? Lui qui ne cesse de converser avec nous comme avec des amis.
Vraiment la foi chrétienne est une relation. Nous sommes introduits dans l’intimité de Jésus qui l’unit à son Père.

J’ai été baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.
L’Esprit Saint nous encourage, il nous configure à Jésus vivant, il nous console et nous soutient dans les moments difficiles. Il nous pousse inlassablement au sursaut et à l’initiative libératrice.
Nous sommes appelés à sortir de nos peurs, de nos enfermements multiples. Il y a aussi parfois des peurs paralysantes et nous en savons quelque chose en ce moment au sujet des peurs anxiogènes dues au virus.
Accueillir cet Esprit de vérité, que Jésus vient nous donner, c’est un appel à marcher chaque jour dans la clarté de l’Évangile. Soyez toujours prêts à tout moment à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous, mais avec douceur et respect.
Souvent il nous est demandé comment reconnaître le travail de l’Esprit Saint dans nos vies ? Revenons toujours à l’essentiel : le fruit de l’Esprit en nous est amour, joie, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur et maîtrise de soi. C’est vraiment en nous le signe de sa présence.
L’Esprit est assez puissant en moi pour vaincre toutes mes résistances et pour me mener là où Dieu veut si toutefois je lui confie ma vie.

Oui rappelons-nous, nous avons été baptisés au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.