Sélectionner une page

Homélie du Père Serge Ogjoussou

Pour accompagner pas à pas ses disciples et les aider à bien comprendre le sens de son enseignement, Jésus s’inspire parfois des faits divers de son époque pour enseigner en parabole. Dans l’évangile de ce dimanche, à partir de la parabole dite « des dix vierges », Il enseigne à ses disciples la condition pour accéder à son Royaume et participer à la vie de Dieu. Dans la Parabole, il s’agit de dix demoiselles d’honneur, chargées d’accompagner l’époux à la cérémonie des noces, puisque, à l’époque de Jésus, il était d’usage de célébrer les mariages de nuit ; et plusieurs demoiselles étaient chargées d’accompagner de nuit le fiancé, afin de l’introduire au domicile de la fiancée ; C’est un peu comme l’enterrement de vie de garçon que nous connaissons de nos jours.

Ces dix jeunes filles dont nous parle l’évangile, savent que l’époux va venir, mais elles ignorent à quelle heure exactement ! La parabole dit que cinq parmi ces demoiselles sont prévoyantes et cinq, insouciantes. Or si vous vous souvenez, dans les évangiles, sont déclarées prévoyantes, toutes celles et ceux qui ne se contentent pas simplement d’écouter un enseignement ; si vous faites bien attention en lisant surtout l’évangile de Matthieu, est prévoyante toute personne qui écoute l’enseignement reçu et met réellement en pratique (cf. Mt 7, 24-29). Les insouciantes quant elles, sont toutes ces personnes qui écoutent, mais ne mettent pas en pratique.  Par exemple, les évangiles en général, qualifient d’insouciante, « celle ou celui qui bâtit sa maison sur le sable » (cf.Mt 7, 24) ; l’insouciante,  c’est celle ou celui qui ne prévoit pas.

Justement, dans la parabole que propose Jésus ce matin, la différence entre les jeunes filles prévoyantes et les jeunes filles insouciantes est la capacité de faire des provisions. Les jeunes filles prévoyantes avaient fait une bonne provision d’huile, afin de pouvoir raviver la flamme de leurs lampes, au cas où l’attente de l’époux se fera plus longue.

Chers frères et sœurs, au fond, cette parabole s’applique à chacune et chacun de nous : parfois, nous sommes comme les jeunes filles prévoyantes qui ont su se faire des réserves, et parfois nous sommes comme les jeunes filles insouciantes qui ne pensent qu’à l’instant présent. Chacun peut facilement trouver comment cette parabole est actuelle. Parfois, au milieu du train-train quotidien, il nous arrive de nous éloigner de l’essentiel, de ce qui donne sens et lumière à notre vie. Nous pensons nous combler à force de choses matérielles, de vacances… ; et lorsque vient la « nuit », nous nous mettons à chercher cette huile, à la manière de ces jeunes demoiselles de l’évangile, en nous imaginant que l’Espérance peut s’acheter comme tout le reste, chez les marchands.

Chers frères et sœurs, l’huile qui nous est proposée pour attendre le retour du Christ, c’est bien la Parole de Dieu semée en nos cœur. Pour garder toujours en veille cette parole de Dieu dans nos cœurs, il nous faudra continuellement l’huile de notre Baptême, pour ne pas être surpris par des pannes sèches.

L’évangile de ce dimanche est une exhortation à la vigilance : « veillez donc car vous ne savez ni le jour ni l’heure ». Devant tous les évènements qui perturbent notre monde en ce moment : pandémie, terrorisme, questions financières, etc.., nul ne sait exactement de quoi demain sera fait.

Sans vouloir jouer les alarmistes, n’est-ce pas le moment, chers frères et sœurs, de prendre conscience de notre état de baptisés, et de préparer nous aussi nos lampes pour accueillir le Seigneur à tout instant ? Dans l’Anamnèse pendant la Messe, nous acclamons le Christ qui est venu, qui vient et qui reviendra. Nous sommes tous invités à demeurer éveillés dans la Foi et la prière, ainsi quand le Christ viendra, nous pourrons aller à sa rencontre avec tous les saints du ciel, comme de jeunes filles prévoyantes qui ont fait une bonne provision d’huile.

Amen.

Dimanche en famille

Pendant ce confinement, retrouvez ici les propositions de la catéchèse pour vivre l’Evangile du dimanche.

Dimanche 8 novembre 2020 : Avec l’arrivée de l’automne les jours deviennent plus courts, il fait nuit plus tôt et on doit allumer la lumière pour y voir clair. Pendant longtemps les gens ont utilisé des bougies pour y voir clair le soir et la nuit.