Sélectionner une page

Vendredi 21 octobre 2022

Jeudi soir, nous apprenions que trois nouvelles personnes, victimes de Michel Santier alors qu’il était prêtre à Coutances, se sont manifestées. Ces nouvelles révélations nous atteignent très douloureusement. Depuis une semaine, j’entends la colère exprimée par beaucoup d’entre vous, en pensant aux personnes victimes et au dégoût suscité par de tels agissements.

Les faits sont d’autant plus graves et inacceptables qu’ils manifestent un abus d’autorité spirituelle de Michel Santier sur les personnes victimes. L’instrumentalisation du sacrement de Réconciliation à des fins sexuelles nous choque profondément et nous trouble d’autant plus qu’elle est le fait de celui qui fut votre évêque. Cela semble inimaginable et c’est pourtant la réalité.

Je le comprends et j’en souffre avec vous.

De nombreuses questions nous traversent. Nous sommes aujourd’hui conduits à ouvrir les yeux sur la capacité destructrice de tout abus spirituel, de tout abus de confiance contre lesquels  toutes les préventions possibles sont à mettre en œuvre.

J’ai conscience de votre trouble et de votre colère d’apprendre aujourd’hui ces faits, alors que vous savez que je les connaissais. Ce désarroi est  d’autant plus important que d’autres personnes victimes ont pu se manifester depuis la publication des articles.

J’ai conscience aussi d’ajouter encore à votre épreuve par les erreurs de jugement qui furent les miennes depuis que je suis votre nouvel évêque, concernant cette affaire.

J’ai enfin conscience de votre reproche que j’aie pu croire Mgr Santier lorsqu’il disait n’avoir commis ces faits que sur les deux personnes victimes qui avaient pris contact avec Mgr Aupetit, alors archevêque de Paris.

De tout cela, je vous demande sincèrement pardon.

Depuis une semaine, nous avons cherché à comprendre : d’importants temps de paroles ont eu lieu. Ce vendredi matin, reprenant, avec les personnes en responsabilité diocésaine, les diverses rencontres de la semaine, nous avons précisé trois axes d’actions :

Tout d’abord, il nous faut envisager la possibilité que Mgr Santier ait pu commettre de tels abus dans le cadre de son épiscopat à Créteil. Si tel était le cas, je supplie les personnes victimes qui le voudraient, de se manifester auprès de la cellule d’écoute diocésaine *, de façon à initier autant qu’il sera possible pour elles un chemin de reconnaissance et de réparation. Elles seront mises en lien avec Mgr Lebrun, dans le cadre de la nouvelle procédure concernant Mgr Santier.

Il nous faudra aussi reprendre la question de l’obligation du silence, aujourd’hui imposé par Rome, autour des mesures faisant suite aux  procédures canoniques de l’Eglise. Entre transparence et opacité, il nous faut travailler au bon niveau de clarté pour que chacun se sente protégé et respecté, pour que le peuple de Dieu aussi se sente entendu. C’est un travail commencé suite aux conclusions de l’Assemblée plénière de novembre 2021; cet évènement nous montre qu’il est nécessaire de le poursuivre avec persévérance et rigueur. Je continuerai de porter cette question avec mes frères évêques auprès du Saint Siège.

Enfin, je voudrais nous inviter tous à recentrer chacun son regard sur le Christ lui-même et accueillir au fond de son cœur l’espérance dont Dieu nous rend capables.  Il nous a donné son Fils victorieux du mal à jamais, qui demeure avec nous chaque jour pour que nous discernions sa volonté.

Nous avons encore besoin de beaucoup de temps pour parler. Je demande aux doyennés de faire en sorte que des espaces de parole puissent s’ouvrir pour invoquer l’Esprit saint et discerner ensemble les points d’appuis sur lesquels nous appuyer  pour reprendre courage. Il se peut que parmi nous, des personnes souhaitent disposer d’une écoute personnelle. Si elles sont sans possibilité sur place, je les invite à contacter la ressource d’accompagnement mise en place au niveau diocésain**.

Il nous faut avancer sans avoir peur de la vérité, car c’est Lui le Seigneur qui nous y appelle. Il nous dit “ la vérité vous rendra libre” Jean 8, 32 . Que cela puisse être notre espérance à tous, et que Dieu nous y conduise.

Monseigneur Dominique BLANCHET

Evêque de Créteil

 

*Prendre contact avec l’adresse email suivante :  paroledevictimes94@eveche-creteil.cef.fr

** Prendre un premier contact avec l’adresse email : ecoutediocese94@gmail.com